Centrale électrique de Maria-Gléta II : Un pas de géant vers la révolution énergétique

48647528478_1528635938_z

Le Programme d’Action du Gouvernement (PAG) a fait du secteur de l’énergie une priorité avec une enveloppe allouée de 761 milliards de FCFA sur la période 2016-2021. Au nombre des projets phares est inscrite la construction d’une centrale thermique de 120 mW à Maria Gléta. Etape importante vers l’autonomie énergétique du Bénin, ce projet majeur est devenu une réalité depuis le 29 août 2019, date de son inauguration.

 

Première centrale thermique de capacité inédite et de dernière technologie, la Centrale électrique de Maria Gléta II est la concrétisation d’un vœu cher au Président de la République. Partant du principe que l’accès à l’énergie conditionne le développement économique et social et la satisfaction des besoins fondamentaux de l’homme tels que l’alimentation, l’habillement, l’habitat, la santé et l’éducation, etc., le gouvernement du Nouveau Départ l’a établi au rang de droit indissociable des droits fondamentaux de l’être humain.

Conséquence, pour le Président Patrice Talon et son gouvernement, il est impérieux que l’énergie électrique soit disponible, accessible et à prix compétitif, à la fois pour les ménages que pour le secteur productif. Une sérieuse ambition du gouvernement de la Rupture qui a commencé à prendre forme avec la réalisation de la centrale électrique de Maria-Gléta 2.

 

Inaugurée le 29 août 2019, l’imposante infrastructure énergétique est composée d’une centrale thermique à cycle combiné (Gaz – HFO) d’une capacité de 127 mégawatts, d’un système électrique pour l’évacuation de toute l’énergie produite et d’un ensemble de système de gestion et de télé-conduite de dernière génération.

 

D’un coût global de 106,8 milliards de FCFA, financés par la Banque Islamique de Développement, la Banque Ouest Africaine de Développement, la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO et le Budget national pour un montant 3,7 milliards, la centrale électrique de Maria-Gléta n’est que la première tranche d’un vaste projet de 400 mégawatts prévu pour ce site.

 

Une prouesse

Objet d’un rigoureux suivi du Président de la République à travers son ministre de l’énergie, Dona Jean-Claude Houssou et du Directeur général de la SBEE, Laurent K. Tossou, les travaux de construction lancés le 27 septembre 2017 avec la signature d’accord entre l’Etat Béninois et le consortium « Bwsc – Man diesel et turbo », ont tenu de façon inédite dans le délai contractuel de 18 mois, et ont permis de livrer au Bénin un ouvrage de qualité première.

 

Avec 50 ans de garantie moteur et une fiabilité relative à la qualité de l’infrastructure et de l’énergie fournie, la centrale thermique est un réel motif de satisfaction pour le gouvernement et pour l’ensemble du peuple béninois. Respectant les standards en matière d’hygiène, de sécurité, et d’environnement, elle permet au Bénin de réduire sa dépendance vis-à-vis de l’apport extérieur en prenant en charge 50% de la demande nationale en énergie.

 

Un impact social important

L’érection de la Centrale électrique de Maria-Gléta, en plus d’apporter de l’énergie en quantité et en qualité aux populations béninoises, a eu des retombées sociales très importantes. En effet, sur les 1063 agents permanents, dont 17 femmes, ayant contribué aux travaux, seulement 34 étaient non nationaux. Aussi, les entreprises ayant travaillé sur les différents pans du projet sont béninoises pour la plupart. Une exigence du gouvernement qui visent non seulement à promouvoir l’emploi, mais aussi renforcer l’expertise des entreprises au plan national.

Par ailleurs, son exploitation et sa maintenance sont assurées 24 heures sur 24 par une équipe de 55 personnes, dont seulement 3 expatriés. 

A cela s’ajoutent d’autres retombées contractuelles à savoir la construction pour le Collège d’enseignement général de Houèto, d’une clôture, de 24 salles de classe et d’une infirmerie ; le pavage de l’axe routier qui part du carrefour Tankpè vers le site sur 3 km et le déploiement d’un réseau électrique de 25 km tout autour du site pour alimenter les populations riveraines.